Expansion à l’international : les 5 erreurs à éviter

Du fait d’un environnement difficile en France, bon nombre de chefs d’entreprises français envisagent d’étendre leurs activités et de créer une société à l’étranger. En effet, du fait des charges fiscales et de la concurrence, il intéressant d’envisager une implantation de société à l’étranger. Cependant, la création de société internationale n’est anodine.

Voici les cinq possibles erreurs à éviter :

1- Foncer tête baissée à destination d’une juridiction en raison de son image ou d’opinions générales

Choisir une implantation uniquement parce que celle-ci est réputée comme idéale, reste le meilleur moyen d’aller à un possible échec cuisant. Parlons de la Chine, par exemple. On entend souvent dire que la main d’œuvre y est très abordable et presque illimitée (le pays est donc excellent pour la production industrielle). Or, la réalité est toute autre ! A savoir que depuis 2010, les diverses réformes apportées au système de lois chinois ont augmenté significativement les charges pesant sur les sociétés étrangères. Aussi, même si la main-d’œuvre est peu onéreuse, investir dans le pays peut couter beaucoup et restent principalement attractif pour les grands groupes internationaux.

2- Se précipiter pour créer son entreprise à l’étranger

Se précipiter dans la création d’une entreprise internationale ? Vous risquez en effet de bâcler certaines étapes décisives. La planification et  reste indispensable.

Pourquoi se développer à l’international ? Quels en sont les risques ? Quels sont les points forts de l’entreprise, etc., de telles questions vous permettant de définir une stratégie claire. La rentabilité ne doit pas être le seul élément à prendre en compte, lors de la création d’une société internationale. D’autres paramètres importants comme la culture locale, l’environnement politique et social méritent et bien d’autres encore méritent également une attention particulière.

3- Abandonner au premier échec

Le lancement d’une entreprise internationale requiert du temps et un investissement financier. Faire décoller une société n’est pas toujours simple. La durée de démarrage est généralement supérieure à celle prévue. Même si votre entreprise fonctionne bien en France, dans une nouvelle destination, vous partez de 0, c’est à dire vous commencez au début ! Comme le retour sur investissement se fait sur une longue période, ne vous attendez pas à des résultats immédiats.

Evitez alors d’abandonner si votre entreprise après la première année d’opération, d’après Frank Le Marec, Managing Director de Ratio International Londres, société comptable spécialisée dans la création et la gestion de sociétés internationales.

Néanmoins, même si la persévérance est de mise, une perte sur une très longue durée est inadmissible. Vous devez donc agir rapidement si le marché n’est pas porteur.

4- Ne pas s’adapter aux besoins du nouveau marché

Nouvelle destination signifie de nouveaux marchés et de nouveaux consommateurs. Aussi, il est hors de question de penser que ce qui marche en France pourra bien marcher dans n’importe quel autre pays ! Plusieurs facteurs influencent et modifient la pensée des consommateurs. En Europe par exemple, les pays du nord n’ont pas le même mode de vie, la même culture et les mêmes valeurs que les pays du Sud (même le climat n’est pas le même !). Vous devez donc vous adapter au nouveau marché et à sa culture.

Bref, pour répondre aux attentes des clients locaux, les produits et les services doivent être personnalisés.

5- Délaisser ou oublier complètement son marché local

Si vous envisagez la création d’une société internationale, c’est que vous voulez saisir de nouvelles opportunités d’affaires et surtout, conquérir de nouveaux marchés. Néanmoins, vous ne devez en aucun cas y mettre tous vos efforts et tous les fonds dont vous disposez. Utilisez une partie de vos ressources pour continuer à développer sur votre territoire. Retenez toujours ceci : les activités dans l’entreprise de votre pays d’origine resteront vos principales sources de revenue. La pérennité de votre développement local est également indispensable.

En outre, si vous êtes prêt à conquérir de nouveaux marchés, cela signifie que vous avez atteint certains de vos objectifs en France. En vous concentrant uniquement sur votre société offshore, vous risquez de perdre gros.

Pour conclure alors, se développer et créer une succursale à l’étranger reste une bonne idée. Le projet doit être mûrement réfléchi toutefois. Par ailleurs, il s’agit d’un projet qui se prépare. Et s’il y a un conseil à retenir, c’est qu’en même temps, il faut continuer de développer les activités dans l’entreprise initiale.

Cet article a été réalisé en collaboration avec Frank Le Marec, Managing Director de Ratio International Londres.

Date: 17/08/2017